C’est un fait déploré par beaucoup de citoyens depuis la fin avril

30 août 2018

C’est un fait déploré par beaucoup de citoyens depuis la fin avril où les noms des nouveaux membres de la Cour constitutionnelle ont été rendus publics. Pour beaucoup, l’absence de juristes publicistes dans la nouvelle équipe de la cour n’est pas pour assurer l’efficacité de la haute juridiction. Mais apparemment, les sages de la Cour ont trouvé la formule qu’il faut pour compenser ce déficit. Les rencontres thématiques initiées par la haute juridiction s’inscrivent dans cette logique. Elle vise à provoquer le débat entre les juges de la Cour constitutionnelle et des spécialistes de la matière sur des thématiques qui reviennent souvent dans les requêtes. C’est comme un retour à l’école pour les membres de la Cour. Et les propos du président Joseph Djogbénou en disent long : « Pour éclairer, il faut être éclairé ». C’est un signe d’humilité qui, l’on espère, peut être utile à la qualité des décisions de la Cour constitutionnelle.