Patrice Adankpetode, Spécialiste en Markéting politique

29 août 2018

Quelle est votre analyse sur la probable augmentation des cautions pour les élections ?

L’augmentation de la caution des élections telle que c’est,  est un assassinat en préparation de la jeunesse. Et telle que cela se présente,  la lutte contre la corruption ne va pas avancer. Car les élus seront quoiqu’on dise redevables aux donateurs puisque nous n’avons pas encore la culture de cotisation pour les partis politiques et ce seraient les mêmes puissants économiquement aujourd’hui qui réuniraient ces fonds pour la représentation de leurs partis aux différentes élections.

Comment appréciez-vous la polémique sur les anciens présidents ?

À ce sujet, je pense qu’il ne devrait pas y avoir débat. D’abord, un Chef d’Etat qui a eu à diriger un pays a indubitablement inscrit son nom dans l’histoire. Et on ne peut normalement pas du jour au lendemain effacer le passage d’un Chef d’Etat à la tête d’un État. Ensuite, s’il est avéré que des anciens Chefs d’Etat veuillent se présenter, pour moi il n’y a pas de souci à se faire puisqu’au moins, nous  avons déjà enregistré cette situation une fois dans notre pays où Nicéphore SOGLO, ancien président de la République était devenu Maire de Cotonou.

Quid du quitus fiscal ?

Il est un moyen destiné à obliger nos futurs représentants à être en règle vis à vis du fisc, et à obliger ceux d’entre eux qui essayent de dribbler l’administration des impôts, d’avoir l’opportunité et la chance de les connaître. Puisque désormais la déclaration se fera uniquement à Cotonou, ce qui limiterait à coup sûr les tentatives de corruption puisque le Béninois est bien fort en la matière.