Latifou BONI, Spécialiste des questions sportives

29 août 2018

Votre appréciation sur le nouveau bureau à la tête de la Fédération béninoise de football.

J’ai une appréciation tout à fait mesurée. Je suis perplexe. Les acteurs n’ont changé ni d’âge, ni de génération, encore moins de nature. Ils sont les mêmes, juste un certain déplacement des dés. Encore qu’une issue consensuelle est un piège dans la gestion du football béninois et que nous n’avons pas tout ceci grâce à la vertu des acteurs ; au contraire (.. rire)

Les défis qui attendent la nouvelle équipe

Les défis sont dans la réalité du terrain. Le retour de l’intérêt de tous vers le terrain, le retour des projecteurs sur les jeunes acteurs, la mise en place du schéma type de l’animation du football, le début de l’animation de la base au sommet, la mise en place du business du football et la formation des acteurs. Je veux dire les arbitres, journalistes et autres auxiliaires indispensable au bon déroulement des compétitions.

Peut-on espérer la fin de la crise à la FBF ?

La crise a pris fin théoriquement depuis le début du consensus. La crise est finie et l’importance dans tout ceci est que les acteurs savent que le politique a un œil désormais sur eux, et qu’il y a une puissance au-dessus de leur grandeur et de leurs intérêts. Cette puissance, c’est l’État. C’est un début d’une ère qui je l’espère va faire du bien au joueur.