Faut-il retirer le droit de grève aux enseignants ?

29 août 2018

Le contexte dans lequel ce débat est né, est un contexte inapproprié et frise beaucoup plus à un rétrécissement de la liberté d’expression. La vraie question est de savoir ce qu’on gagne en supprimant le droit de grève aux enseignants. En fait, la grève a permis par le passé, aux enseignants, d’améliorer leurs conditions de vie et de travail. C’est donc un moyen légal et légitime qu’ils utilisent pour équilibrer les rapports de force avec le gouvernement. Dans un pays comme le nôtre où les gouvernants se préoccupent peu du système éducatif, retirer le droit de grève aux enseignants est une injustice dont les conséquences sont à craindre pour l’école béninoise.

Les enseignants n’ont-ils pas assez abusé de ce droit ?

Les enseignants sont de gens responsables. Ils sont aussi parents d’élèves. Donc, la grève n’est pas leur priorité. C’est pour vous dire que les enseignants n’abusent pas de ce droit. Ils ne vont en grève que lorsqu’ils ont l’impression que le gouvernement joue au pourrissement à travers une politique de sourd.

Et si ce droit leur est retiré, quelles seront leurs réactions ?

L’enseignant est respectueux des lois de la République. Si cela advenait, l’enseignant ne fera pas le maquis, car ce n’est pas une fin en soi. Mais, un enseignant démotivé par ses conditions de vie et de travail est une véritable bombe pour la nation. C’est pourquoi, le gouvernement a intérêt à se porter garant pour satisfaire, avant demande, aux doléances de ces valeureux héros de la patrie. Sinon, la qualité de l’enseignement espérée, ne sera qu’un vain mot.