Cadja-Dodo en prison pour six mois

29 août 2018

L’ex chef d’arrondissement de Godomey a été condamné à 6 mois de prison ferme et 4 millions de FCFA d’amende par le tribunal de première instance d’Abomey-Calavi. Le verdict a été rendu le lundi 20 août 2018. Germain CADJA-DODO était accusé de détournement de deniers publics et de collecte illégale de fonds. En dehors de lui, Chantal HOUENA, présidente de la commission des affaires sociales écope également d’une peine de trois mois d’emprisonnement et d’une amende de 3 millions de FCFA. Des membres d’associations de conducteurs de taxi moto et 6 élus communaux et locaux d’Abomey-Calavi ont également été condamnés pour malversations.

LE MAIRE DE BASSILA RISQUE LA DESTITUTION

Le collectif des conseillers communaux de Bassila, manifestement décidé à en découdre avec Gomina Abou Bacari, a adressé ce lundi 20 août 2018 une motion au maire, invitant ce dernier à convoquer une session extraordinaire pour un vote de défiance à son encontre. Ladite motion explique les raisons d’une telle demande. Les conseillers reprochent au maire une attitude d’exclusion de leur grande majorité dans la gestion de la commune. Ils dénoncent également une gestion sur fond de rumeurs. Le maire est également accusé de manipuler et de diaboliser certains conseillers communaux. Dans la lettre reçue par le maire ce lundi, plusieurs exemples de faits justifiant l’accusation de mauvaise gestion ont été énumérés. Le maire Gomina Abou Bacari qui a été élu le 07 juin 2016, après l’annulation de l’élection de son prédécesseur, est aujourd’hui sur la sellette.

SOCIAL WATCH DESAPPROUVE LA PROPOSITION DE CODE ELECTORAL

Le réseau Social Watch Bénin s’est prononcé sur les trois dispositions de la proposition de Code électoral en examen au parlement. Dans une déclaration lue par sa coordonnatrice, Blanche SONON, le réseau qualifie les montants des cautions proposées d’exagérées et très exclusives. Quant aux conditions liées à la candidature des anciens présidents, elle y décèle une exclusion ciblée et une discrimination négative. Quant au quitus fiscal, le réseau souhaite comme condition l’assurance d’une administration des impôts non instrumentalisée. Social Watch invite les députés à inscrire toute réforme électorale dans une démarche de dialogue inclusif et de consensus national.

LE PROCES DANGNIVO SE POURSUIT CE JOUR

Après près de trois ans de suspension, le procès Dangnivo reprend. Malgré une journée de mardi chômée pour raison de fête de la Tabaski, le procès a repris dans la matinée d’hier. Deux faits essentiels sont à retenir. Il s’agit d’abord de la disponibilité des résultats de l’examen du cadavre déterré à Womey le 27 septembre 2010 et supposé être celui de Urbain Pierre DANGNIVO. Ces résultats ont été mis à la disposition de la Cour, de la partie civile et de la défense. Ensuite, il faut noter la mise en place des jurés. Ils sont au nombre de cinq au lieu de quatre, sur proposition de la défense. Suspendu, le procès reprend ce mercredi matin.