5 minutes avec Stéphane Nestor N’Sougan

29 août 2018

Stéphane Nestor N’SOUGAN, Spécialiste en développement local.

Comment expliquez-vous la recrudescence des destitutions de maires dans notre pays?

Cela s’explique par la politisation malveillante des Conseils communaux. En effet, lorsque nous nous référons au « répertoire » des griefs souvent portés contre les Maires, on se rend compte que ce sont les mêmes reproches parfois farfelus. L’autre aspect qui fait penser aux règlements de comptes, c’est le profil politique des Maires destitués qui très souvent, sont proches de l’opposition. Face à ces considérations, l’argument de mauvaise gestion ou de gestion solitaire tombe, étant donné qu’il y a des Maires qui sont plus décriés dans leur gouvernance mais étant du « bon bord », se révèlent intouchables.

Après la destitution, assiste-t-on vraiment à un changement qualitatif dans la gouvernance des mairies ?

Ce n’est pas évident quand on sait que les destitutions ne sont pratiquement pas pour des raisons objectives ou pour des questions de développement. Je pense que les destitutions n’ont fait que rendre instables les Conseils communaux. Et les maires, la peur au ventre, n’ont à cœur que de satisfaire aux desideratas de leurs collègues conseillers au détriment des populations qui ont leurs besoins en services sociaux de base sans solutions.

Quelle solution pour corriger cette situation ?

La solution pour corriger cet état de choses ne pourrait répondre que de la prise de conscience et de la bonne volonté des acteurs politiques. Sauter le verrou de la destitution ou de la révocation pourrait faire dévier les élus locaux dans la conduite des affaires publiques. Pour limiter cette situation, il faudrait que chaque homme politique fasse de la morale, sa constitution. Nous devons arrêter de croire que l’éthique en politique est une utopie.